Le 17 janvier 1995 la région du Kansai fut frappée par le deuxième plus grand séisme de l’histoire japonaise du 20ème siècle. La maison de ma famille maternelle fut entièrement détruite et ma mère se rendit sur place pour sortir des décombres les objets les plus importants, nos souvenirs. J’étais alors trop jeune pour entreprendre ce voyage avec elle.

   Le 11 mars 2011 un nouveau tremblement de terre, d’une magnitude de 8,9 sur l’échelle de Richter, suivi d’un tsunami, dévasta la région de Tohoku au nord de l’archipel japonais. Les vagues ont ravagé plus de 600km de côte, causant un accident majeur dans la centrale nucléaire de Fukushima.

  Cinq mois plus tard je suis partie avec ma mère sur cette terre qui est aussi la mienne. Les informations parcellaires données par les medias français m’ont donné envie d’aller voir par moi-même, de produire des images, loin du pathos et du grandiloquent. Montrer le Japon d’après.

  Si la vie s’est très vite réorganisée et que le quotidien a pu reprendre, les non-dits restent immenses. C’est ce silence que j’ai voulu saisir.

 

Cliquez sur l'image pour agrandir / Click on picture to enlarge